Mots-clésPunta Arenas

Vol Punta Arenas – Antofagasta

Le voyage aérien entre Punta Arenas et Antofagasta (avec escale à Santiago), nous a propulsés en une seule journée d’une ambiance grisâtre, humide et fraîche, à la clarté aveuglante et la chaleur étouffante du désert.

Les deux villes sont distantes de 3.285 km. Nous avons dormi une seule nuit à Antofagasta, ville de près de 400.000 habitants, coincée entre la façade Pacifique et les montagnes brûlées du désert. L’objectif était de faire une étape pour nous rendre ensuite en voiture à San Pedro, à 300 km au nord-est, au coeur du désert d’Atacama.

 

L’élevage des moutons

L’importance de l’élevage des moutons pour la ville est attestée par la statue hommage au berger.

 

Plusieurs maisons bourgeoises du centre ville, dont deux sont transformées en musée, ont été construites par des familles ayant fait leur richesse au début du XXème siècle grâce à l’élevage ovin. Il faut mesurer que ces familles cultivées, souvent issues de l’immigration européenne ont fait leur fortune grâce à l’exploitation des populations indigènes.

 

Palacio Sara Braun

Sara Braun était fille d’immigrés lettons, installés à Punta Arenas en 1874. Elle épousa l’entrepreneur portugais José Nogueira. Ils firent fortune grâce à l’élevage ovin et aux activités portuaires.

 

Centre cultural Braun-Menendez

Mauricio Braun, le frère de Sara, se maria à Josefina Menéndez, née à Buenos Aires, et consacra ainsi son rapprochement avec l’une des familles les plus riches de Punta Arenas. Comme sa soeur, il fit fortune dans l’élevage ovin et l’industrie portuaire.

 

Museo Nao Victoria, Punta Arenas

Le musée Nao Victoria de Punta Arenas confectionne et expose des répliques grandeur nature de bateaux célèbres.

Vues du musée

 

A l’entrée, quelques armes et une armure de conquistador permettent au visiteur de se déguiser

 

La Victoria

Réplique du bateau ayant accompli le tour du Monde sous l’impulsion de Magellan. La coque très arrondie est très haute. Mais on est impressionné par la petitesse du bateau lorsqu’on monte à bord.

 

Le HMS Beagle

Le HMS Beagle, brigantin de la marine britannique se convertit en navire d’exploration au début du XIXème siècle. L’une des expéditions permit à Charles Darwin de passer plusieurs mois dans la région.

 

Le James Caird

Le James Caird, adapté par le charpentier Harry McNish, fut le bateau qui fit la navigation en Antarctique depuis l’île Eléphant jusqu’aux îles de Géorgie du Sud durant l’expédition d’Ernest Shackleton en 1916. Le bateau fut bloqué plusieurs mois par les glaces.

 

La goëlette Ancud

Ce navire fut utilisé par le Chili en 1843 pour coloniser la région.

 

Epave de navire sur la plage voisine

 

© 2021 Un Tour du Monde

Thème par Anders NorénEn Haut ↑