Étiquette : Angkor

Dernier mot sur le Cambodge

Il suffit de regarder la liste des articles pour comprendre que le principal attrait du voyage au Cambodge réside dans la visite d’Angkor, qui est probablement l’un des sites les plus impressionnants que j’ai eu l’occasion de visiter. Je souhaite à chacun d’avoir un jour le bonheur de découvrir ces ruines merveilleuses.

En-dehors d’Angkor, j’avoue avoir été déçu. Le pays est très sale. Les routes sont longées d’interminables amas de détritus. Les plastiques volent partout jusque dans les champs. Personne ne semble s’en émouvoir n’y faire le moindre effort pour limiter cette contamination du paysage. Bien sûr le pays est pauvre. Mais cela n’explique pas tout.

Si le pays a connu une croissance importante depuis une vingtaine d’années, les richesses produites sont probablement très mal réparties. En effet, partout, le dénuement des populations atteste de la pauvreté qui règne encore dans le pays.

Les cambodgiens sont peu souriants. Sans doute que l’histoire qu’ils ont vécue depuis les années 70, la situation politique du pays et la misère qui persiste expliquent largement ce désespoir qu’on lit souvent sur leurs visages.

Malgré tout, je pense que les conditions de vie s’améliorent progressivement. Des efforts semblent faits pour assurer une éducation minimale aux moins de vingt ans qui représentent plus de 40% de la population et l’avenir du pays.

 

Angkor, un dernier mot

Je dois être un “bon visiteur” comme il y a de “bon spectateur”. Je ne sais si je parviens à m’auto-convaincre de l’intérêt ou de la beauté de ce que je visite, mais je constate que je suis rarement déçu. Une nouvelle fois, j’ai été ravi par un site qui figurait dans ma liste secrète et dont je craignais d’être déçu.

Angkor est un site éblouissant pour peu qu’on le visite avec un peu de méthode. Je pense qu’il peut devenir étouffant, ennuyeux, si on veut faire trop de visites dans la même journée ou que l’on se trouve dans des temples surpeuplés de touristes. Angkor continue de vivre et de se transformer au grès des rénovations. Je suis convaincu que l’on peut y revenir indéfiniment et découvrir chaque fois de nouvelles facettes. Nous l’avons vu à une période chaude et sèche, mais j’imagine que les temples sous la pluie ou enveloppés de brume doivent révéler d’autres charmes.

J’ai essayé à travers les photos de partager mon émerveillement. J’espère être parvenu à raviver des souvenirs chez ceux qui connaissent Angkor, et avoir donné aux autres l’envie de découvrir cette merveille.